Navigation

A propos

3. Conclusion sur la cryptographie à clé publique

Après avoir vu les avantages indéniables de la cryptographie à clé publique (transmission de la clé, sécurité, autentification), on est en raison de se demander quel pourrait être l'avenir des systèmes à clé secrète.
Le RSA et ses comparses ont-ils relégué le DES et l'AES aux oubliettes ? Faut-il renier Vernam et Feistel ?
... le ton de la question rend la réponse évidente : NON !

En effet, à l'heure actuelle, on utilise des cryptosystèmes hybrides, qui couplent les avantages des deux principes, alliant la souplesse de gestion des clés de la cryptographie asymétrique et les performances (vitesse) de la cryptographie symétrique.

Il existe deux types de cryptosystèmes hybrides :

<< Chapitre précédent - Chapitre suivant >>

Page exécutée en 0.243014 secondes.